Saint Nazaire les Eymes
Ville de Saint Nazaire les Eymes
Jardin
 

Le ver de terre - le meilleur ami du jardinier

Un travailleur à l’ombre

Les vers de terre occupent une place fondamentale dans l’élaboration de la fertilité des sols. Grace à la prise de conscience actuelle des problèmes d’environnement, on redécouvre l’importance de leur rôle pour la fécondité naturelle de la terre et la formation de l’humus.

Les méthodes agricoles (et de jardinage) respectueuses de la nature appliquent le principe suivant : nourrir le sol pour nourrir la plante.
Dans la pratique, ceci signifie que l’on renonce à l’emploi d’engrais chimiques et de pesticides pour apporter une fumure organique saine et pratiquer une bonne couverture du sol. Avec l’aide des microorganismes, les vers de terre transforment continuellement la matière organique du jardin en un humus stable d’excellente qualité qui constitue la meilleure fumure pour les plantes.


Bois Raméal Fragmenté

Quand les déchets deviennent une ressource

La technique du BRF (Bois Raméal Fragmenté) utilise le bois des branches d’arbres ou d’arbustes découpé en petits fragments et épandu sur le sol cultivé. Cette technique développe les mycéliums de champignons et multiplie les vers, les insectes et micro-organismes du sol selon un vaste réseau de « chaines alimentaires ». Elle imite de ce fait la nature dans une forêt où vent pluie, neige et tempêtes poussent au sol feuilles et branches mortes ou vivantes.
Dans le jardin, en revanche, il est préférable de broyer la taille de haie ou d’arbres fruitiers afin d’accélérer le déroulement de la décomposition. Si on ne possède pas de broyeur, on peut utiliser aussi sa tondeuse à gazon pour les brindilles de petit diamètre.
On laisse les déchets étalés sur l’herbe et l’on passe la tondeuse plusieurs fois dessus, avec ou sans son sac de ramassage. Même chose avec les feuilles d’automne.
Pour éviter la fermentation, il convient de répandre tout de suite le broyat obtenu dans les massifs de fleurs, sous la haie, sous les arbres fruitiers, dans le potager, au pied des petits fruits, dans le composteur, partout où l’on veut augmenter la fertilité du sol, sans sortir son porte-monnaie pour acheter de l’engrais.


Les taupes et les taupinières

Les taupes ne sont généralement pas bien vues par les jardiniers car elles ont tendance à mettre le gazon et les planches de culture sens dessus dessous.

Mais soyez patient et indulgent car elles ont leur utilité. Elles contribuent au drainage des sols humides et consomment beaucoup d'insectes comme les vers blancs, les limaces et les courtilières. Elles s'attaquent même aux nids de campagnols.

On peut donc leur pardonner de se nourrir aussi de lombrics. De plus leurs monticules fournissent une excellente terre pour potées. Une fois aplanis au râteau, on peut ensemencer à cet endroit.


Le hérisson, l'ami du jardinier

L'hibernation du hérisson dure environ 5 mois.

C'est une espèce protégée en France depuis 1981.

Le premier hiver est la principale cause de mortalité des jeunes puis dans 25% des cas c'est l'absorption directe ou indirecte de pesticide comme l'anti-limace par exemple, puis le trafic routier, la noyade dans les piscines,...

Le hérisson peut se metre au ralenti en plein été sii la sécheresse le prive de ses prois favorites (vers, limaces, escargots, larves de hanneton, chenilles petits rongeurs,...)

Contrairement à une idée répandue, les hérissons ne supportent pas le pain ou le lait de vache qui leur donne des diarrhées mortelles. En cas de besoin il est possible de leur donner de l'eau ou de la nourriture pour chats ou chiots.